Saree/sari à Delhi

L’élégante robe traditionnelle indienne qui a traversé tous les temps est évidemment le sari. Son histoire est millénaire et encore bien ancrée.

 Sari IMG_9815-1

Delhi IMG_0383-1

C’est un vêtement confortable, pratique et élégant.

Delhi -1

Il peut être en soie, en brocard, en polyester ou en coton.

Delhi IMG_6297-1

C’est une bande de tissu de 5 à 10 mètres de long sur 1,20 de large que les Indiennes drapent autour du corps, de manière différente selon les régions, la profession, les activités, leur place dans la société, et les événements.

Narnaul  IMG_8682-1

Marché, old Delhi IMG_8661-1

Le sari doit être tissé d’une seule pièce, sinon il est impur.

 Grand-Mère pensive -1

Il n’est porté que par les femmes mariées.

Delhi IMG_6298-1

Sari IMG_0189-1

Il représente un grand investissement de temps (tissé à la main) et d’argent.   Broderie de tissu IMG_0436

Delhi -1-2

Souvent rebrodé après le tissage de perles ou de fil d’or ou d’argent.

Delhi IMG_6393-1

Et associé aux plus beaux bijoux, il est d’un raffinement extrême.

Delhi IMG_0200-1

Les femmes indiennes sont toujours si distinguées et gracieuses, même quand elles travaillent dans les plantations de thé, aux champs ou dans les échoppes.

4 Women -1-3

Et même si leur sari est synthétique et tissé à la machine, il les rend belles et élégantes.

Leurs patchworks et tissus sont tout aussi admirables.

Tissu Indien Delhi IMG_6392-1

Tissu Indien Delhi IMG_6291-1

Tissu Indien Delhi IMG_0428-1 Des tissus, des nappes, des couvre-lits, des chemins de table, des habits à profusion.

Tissu Indien Delhi IMG_0425-1Des associations de couleurs invraisemblables.

Delhi IMG_0418-1

Tissu Indien Delhi IMG_6395-1

Delhi IMG_0424-1 Delhi IMG_0419-1Difficile de résister à toutes ces tentations, surtout lorsqu’on pense aux heures de travail passées sur certains ouvrages.

La journée internationale pour les droits de la femme. Dossier Inde (1)

Seule au milieu des pierres du temple, le regard perdu...

Seule au milieu des pierres du temple, le regard perdu…

Le 8 mars se termine en douceur.

Je ne vais pas me lancer dans une grande causerie sur les femmes pour mon retour après quasi un an d’absence « blogesque ».

Ni faire des éloges sur ces merveilleuses femmes qui gravitent autour de moi.

Je pense plutôt aux femmes de l’ombre qui agissent discrètement mais efficacement, à celles qui se battent pour réaliser leurs rêves ou aller respectueusement au bout de leurs convictions.

Hommage à elles, ici en Occident

Pour illustrer mon propos qui habite mes pensées depuis quelques jours, j’ai choisi  des photos de femmes sublimes et touchantes, battantes, courageuses, généreuses, élégantes, souriantes et gracieuses malgré la dure réalité de leur quotidien que je ne voudrais pas forcément vivre.

Il me manque pour cela, leur sagesse, leur sérénité, et surtout leur ferveur je crois.

Place aux femmes du Kerala et du Tamil Nadu que j’ai eu la chance de côtoyer durant mon récent voyage en Inde. Leurs soucis premiers sont l’accès à la culture, aux informations, à l’alphabétisation, aux soins et simplement à leur destin qu’elles ne peuvent maitriser ou choisir. Elles n’ont pas souvent la possibilité d’exprimer leurs souffrances ou les violences conjugales dont elles sont parfois victimes.

Leurs conditions de vie restent précaires et font partie des plus difficiles au monde.

L’infanticide des filles existe encore.

Le mariage des mineures est encore une pratique courante.

Les meurtres liés à la dot augmentent.

C’est le quatrième pays le plus dangereux au monde pour les femmes.

L’Inde de l’ombre existe, ne nous leurrons pas.

Et la solitude, ainsi que la grande pauvreté des personnes âgées aussi.

C’est le coté que j’ai choisi de partager avec vous aujourd’hui.

Porter le riz avec élégance

Porter le riz avec élégance

La corvée de l'eau

La corvée de l’eau

Petit trio bien sympathique essayant de gagner quelques roupies avec leur potager

Petit trio bien sympathique essayant de gagner quelques roupies avec leur potager

La solitaire épluchant son ail

La solitaire épluchant son ail

Travailler la fibre de coco

Travailler la fibre de coco

construire sa maison en dur

construire sa maison en dur

IMG_6694

Tisser des cordes

Trier les pierres

Trier les pierres

Tresser des couronnes de fleurs

Tresser des couronnes de fleurs

vendre des pilons

vendre des pilons

vivre dans son propre monde...

vivre dans son propre monde…

pour manger

pour manger

promenade en solitaire

promenade en solitaire

agrémenter ses jours

agrémenter ses jours

femmes de l'ombre

femmes de l’ombre

D’autres moments de vie plus optimistes et colorés viendront bientôt, je vous rassure.

Alors, journée internationale des droits des femmes dans ce vaste monde?

Vous sentez-vous concernées?

Des princesses cambodgiennes

Le vrai voyage ce n’est pas de chercher de nouveaux paysages, mais un nouveau regard

Marcel PROUST

 

Au Cambodge, un des pays les plus pauvres au monde, il y a des mines, la malnutrition, le soleil, le paludisme, les kramas, la tuberculose, le sida, le bouddhisme et l’hindouisme, les khmers, les sculptures, la danse, les souvenirs du génocide, les orphelinats, de la nourriture succulente, la corruption, et la cité d’Angkor bien sûr, qui est encore plus belle que dans notre imaginaire.

Mais moi j’ai eu la chance de rencontrer des petites princesses et leurs regards ont réussi à me faire oublier tout le reste.