Vrai ou faux Sâdhu, peu importe.

Qui n’a pas croisé en Inde de sâdhus, ces ermites qui errent sur les routes, qui n’ont ni maison, ni attaches sociales ou familiales. Ils font voeu de pauvreté, de célibat (l’énergie sexuelle peut être sublimée en pouvoir spirituel) et parfois même de silence.  Ils finissent par se fixer dans un endroit consacré à leur divinité ou dans un lieu saint comme Bénarès ou Allalabad.

Saddu 3

Ils pratiquent le yoga et toutes sortes de rituels bizarres (un peu magiques pour entrer en contact avec les dieux), méditent, bénissent, récitent des mantras, enseignent l’importance de la spiritualité et de l’illusion du monde matériel. Ils augmentent ainsi leurs pouvoirs spirituels et acquièrent la connaissance mystique.

Saddu 3a Saddu 3aa

Ils sont vêtus  de robes blanches (shivaïtes) ou oranges (vishnuïtes), de colliers et possèdent une couverture, un bâton et un bol.

Saddu 3aaa Saddu 3aaaa

Les sâdhus portent un tilak sur le front. Le motif symbolise leur appartenance , soit shivaïte ( Le trident) , soit vishnuïte ( un U blanc et un point rouge).

Sâdhu Orcha

Le Sâdhu bavard d’Orcha

Pour peindre leur visage et leur corps ils font souvent preuve de véritables dons artistiques.

Bénares

Les sâdhus cherchent par ce maquillage à exprimer la beauté surnaturelle des divinités.

Saddu 7

Ils portent souvent les cheveux très longs  comme Shiva ou se rasent le crâne. Ils arborent une grande barbe et se frottent le corps avec des cendres qui symbolisent la mort et la renaissance.

Pour assurer leur subsistance, les sâdhus pratiquent la mendicité et vivent des dons. La nourriture, source de plaisir, doit être limitée au minimum vital. 

Sâdhu

Ils se vouent entièrement à leur quête spirituelle qui consiste à rechercher l’Illumination et à se détacher des réalités matérielles du monde. 

Les  sâdhus sont un peu comme les moines errants dans d’autres pays asiatiques.. Ils consacrent leur vie à la réalisation de leur libération qui s’obtient par la méditation et la contemplation.

Sâdhu Orcha

Sâdhu à Orcha et son petit chien errant (comme lui)

Pour les hindous, le cheminement spirituel a toujours représenté le plus grand but dans la vie.

La pratique est ouverte aux femmes, mais je n’en ai pas croisées.

Sâdhu Bénarès

Ce choix peut aussi permettre d’ échapper  à leur caste et à une vie de misère et de pauvreté.

Sâdhu à Orcha

Les croyants les considèrent de toute façon comme des hommes saints, respectables et bons.

Sâdhu

Et certains sâdhus célèbres sont de véritables idoles et sont adorés comme des dieux sur terre.

Le seul fait de les toucher conduirait à l’absolution des péchés.

Sâdhu

Pour recevoir une étincelle de leur énergie spirituelle il suffit de leur faire des dons qui sont considérés comme des offrandes aux dieux. En retour on obtient leur bénédiction. Ainsi, depuis la nuit des temps, la société indienne a soutenu ces saints hommes.

Sâdhu Bénares 2

J’ai essayé les petits dons, mais la grâce divine se fait toujours attendre…I

Sâdhu Bénares 1

ll faut bien admettre que certains se déguisent  en sâdhus dans le but de faire l’aumône auprès des touristes en se prêtant à la pose-photo. En Inde il est souvent difficile de survivre, alors faux ou vrai sâdhu, peu importe dans le fond.

Bénares

Bénarès

Ma maman est partie aujourd’hui, le jour de la fête des grands-mères. Et moi je revis une partie de mes promenades le long du Gange à Bénarès. Cet endroit sacré où les indiens rêvent de se faire incinérer.

Offandes Gange

Au Revoir Mamylou.

Un sculpteur à Mourèze

« L’homme qui n’a pas d’imagination, n’a pas d’ailes. »

                                                                        Rousseau

 

L’escalade des ruelles continue.

Les portes me fascinent, comme toujours!

Je gravis les marches, les pentes sont raides, mais je continue de grimper, avec en tête ce proverbe tibétain

« Quand tu arrives en haut de la montagne, continue de grimper, une fois au sommet, ne t’arrête pas, continue. »

 

Mourèze Les Rues

Méfiez vous de la Rue Coupe-Jambes!

Mourèze Ruelles, l'artiste, le cirque

Les ruelles de Mourèze, l’artiste et le cirque.

Mourèze Portes 4

Des escaliers pour se reposer

Mourèze Portes 2

portes, pierres et végétation.

Mourèze Portes 3

L’entrée de l’église de Mourèze et son tapis de galets.

Mourèze Les volets Verts

De ce village je retiens la végétation qui sort des pierres et des rochers, mais aussi ces extraordinaires sculptures près d’une placette.

Mourèze l'artiste

J’imagine qu’un habitant un peu poète, un peu peintre, un être débordant d’imagination y vit.

Mourèze l'artiste 5

L’homme à la casquette et les girafes

Et qu’il a eu la riche idée de décorer son environnement avec des éléments trouvés dans la nature en ramassant son bois.

Mourèze l'artiste 4

Je ne sais pas si c’est une femme ou un homme, mais il est créatif, a des idées originales et de l’inspiration.

Mourèze l'artiste 3

Madame la girafe qui donne le tournis, Monsieur Argile et son collier de feuilles fraîches, et l’homme heureux

Mourèze l'artiste 1

La femme en marche et l’enfant qui chante à tue-tête

J’aurais aimé rencontré cette personne pleine de ces richesses, qui si souvent nous font défaut.

Ces créations fortuites m’ont enchantée.

« Ce n’est pas la crainte de la folie qui nous forcera à laisser en berne le drapeau de l’imagination. »

                                                                                                                           Breton

 

Et on quitte Mourèze.

Mourèze Portes 1

 

Les portes se ferment.

Et l’antiquaire fait la sieste.

Mourèze Brocante

Et moi je sais pourquoi j’ai grimpé!

Mourèze Brocante1

Jeux de tuiles

 

Merci l'artiste, je vous fais ma révérence.

Merci l’Artiste, je vous fais ma révérence.

A bientôt pour un autre billet, et belle journée à tous!

Om Banna, Bullet Baaba Shrine

A 50kms de Jodhpur, sur la route de Pali, plus précisément à Chotila, se trouve un temple très spécial.

Il est dédié à Om Singh Rathore, (ou Om Banna)  où est conservée sa moto, une Royal Enfield Bullet 350 cc, une moto déifiée.

Moto Bullet

Royal Enfield Bullet 350 cc.

 

Des centaines de fidèles viennent prier chaque jour et adorer la moto pour ne pas avoir d’accident de la route.

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

En 1988, Om Banna, ivre, se rendait de la ville de Bangdi  à Chotila quand il a perdu le contrôle de sa moto et a percuté un arbre. Om Banna a été tué sur le coup, sa moto  est tombée dans un fossé voisin. Le matin après l’accident, la police locale a pris la moto et l’a entreposée dans le poste de police voisin.

Le lendemain elle a été signalé comme ayant disparue du poste et on a fini par la retrouver sur le site de l’accident. Une fois de plus, la police a cherché la moto, mais cette fois en prenant soin de vider le réservoir de carburant. Elle la  met sous verrou et avec une chaîne pour éviter qu’elle ne disparaisse. Malgré leurs efforts, le lendemain matin, elle avait encore disparue et a été trouvée sur le site de l’accident. La légende dit que la moto revenait au même fossé. Elle a déjoué toutes les tentatives de la police et est toujours retournée sur le lieu de l’accident.

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

Bullet Baba

La population locale a dit que c’est l’âme d’Om Banna qui a accompli cet acte et que c’est un miracle.

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

La nouvelle de la moto miraculée s’est vite répandue dans les villages voisins

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

Devant tant de mystères, nul ne doute de l’origine divine de ces événements, on se met à adorer la moto Bullet que l’on transporte dans le temple construit pour l’occasion.

C’est ainsi qu’est né le »Bullet Baba temple. » et ses nombreuses boites à offrandes.

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

Om Banna, Bullet Baaba Shrine  -1 Om Banna, Bullet Baaba Shrine  -1

On pense que l’esprit d’Om Banna aide les voyageurs à rouler en toute sécurité sur les routes.

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

L’arbre qu’il a percuté est orné d’offrandes, de bracelets, de foulards, de rubans et de cordes. Les dévots y déposent des bâtons d’encens, des fleurs, des noix de coco et des bouteilles d’alcool qu’ils coinçaient dans les roues de la moto. ( Pour la préserver elle a été mise sous cloche en verre…)

Om Banna, Bullet Baaba Shrine  -1

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

C’est la pujah (Cérémonie d’offrandes et d’adoration) des chauffeurs et surtout des motards.

Om Banna, Bullet Baaba Shrine  -1

Le prêtre, Poonam Giri  entretient le temple depuis plus de 20 ans et appose aux fidèles un tilak (ou Bindi) sur le front. Et ils repartent en ayant pris soin d’attacher un fil rouge à leur moto, leur tata truck ou leur voiture.

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

La population psalmodie des chants en l’honneur de la moto et de l’esprit d’Om Banna.

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

Le sanctuaire possède ses propres musiciens qui chantent

                        Hare Krishna, Hare Rama….

On vénère Om Singh, le dieu de la moto, dont l’autel se trouve juste devant le temple.

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

On y brûle du santal et de l’encens, et le petit bûcher, dont les dévots caressent la flamme, transmet la force vitale du personnage.

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1

 

L’ambiance est surréaliste…C’est l’endroit le plus spécial et le plus curieux du Rajasthan, après le temple des rats.

Une légende typiquement indienne!

 

Mon dernier regard ce jour là, le petit gars qui rêve…

 

Om Banna, Bullet Baaba Shrine -1-6

                        Bon voyage à tous! Et n’oubliez pas, il suffit d’y croire…