Les oies bernaches de la gravière

 

J’aime aller me poser quelquefois à l’ancienne gravière de Schirrhein qui est devenue un étang.

 

gravière.jpg

   gravière de Schirrein 5470-1.jpg

 

Un point d’eau de 8 ha prisé par les pêcheurs qui taquinent les carpes, les tanches et gardons, les anguilles et brochets, les perches, les sandres et truites de lac.

Ils y dorment même la nuit.

 

Gravière de Schirrein 15.jpg

Je n’y vais évidemment pas pour pêcher, mais juste pour profiter du calme de l’eau.

Gravière de Schirrein 1.jpg

 

 Gravière de Schirrein 16.jpg

Cette année des oies bernaches du Canada s’y sont installées. Ce sont des oies élégantes et très sociables.

 

  Gravière de Schirrein 7.jpg

Elles font leur toilette pendant de longs moments en s’arrachant de jolies plumes blanches toutes légères.

Gravière de Schirrein 8.jpg

Les couples sont monogames et s’unissent pour la vie!

Gravière de Schirrein 5.jpg

Elles ont apprécié une salade abandonnée… Le mâle a fait le guet jusqu’à notre départ, en laissant manger sa dame. Quel galant homme!

Gravière de Schirrein 6.jpg

En face de l’étang se trouvent des champs de maïs dont les grains feront leur régal bientôt.

gravière Maïs.jpg

C’est tellement drôle de les voir nager jusqu’à notre rive dès qu’ils nous aperçoivent.

 

Gravière de Schirrein 4.jpg

On peut faire de belles rencontres dans des coins retirés.

Gravière de Schirrein 14.jpg

Gravière de Schirrein 2.jpg

C’est un très bel endroit pour admirer le coucher du soleil.

 Gravière de Schirrein 12.jpg

 

Gravière de Schirrein 10.jpg

 

Gravière de Schirrein 11.jpg

Gravière de Schirrein 13.jpg

 Gravière de Schirrein 9.jpg

  Gravière de Schirrein 3.jpgGravière de Schirrein 17.jpgGravière copie.jpgA bientôt et joli vendredi!

Les 4 chats

« Il circule comme il lui plaît, visite son domaine à son gré, peut se coucher dans tous les lits, tout voir et tout entendre, connaître tous les secrets, toutes les habitudes ou toutes les hontes de la maison. Il est chez lui partout, pouvant entrer partout, l’animal qui passe sans bruit, le silencieux rôdeur, le promener nocturne des murs creux. »

                                                                                                                               Maupassant 1886

Cactus 9

Cactus

Cactus le petit félin rachitique a bien grandi.

Cactus .jpgCactus 1.jpg

Cactus 2.jpg

Les positions incroyables de Cactus

« Il suffit de croiser son regard avec celui d’un chat pour mesurer la profondeur des énigmes que chaque paillette de ses yeux pose aux braves humains que nous sommes. »

                                                                                                                                   Jacques Laurent

 

 

Ikat aura 4 ans le 10 Avril.

Ikat 4 ans le 10 avril.jpg

Ikat

Cuba-Cuba la mémère casanière aura 9 ans en septembre.

Cuba.jpgCuba 2.jpg

Ebène aura 8 ans le 29 Avril.

Pantone et Ebene 8 ans le 29 Avril

Pantone le matou indépendant et Ebene, les grands amis.

« On dirait que je dors, parce que mes yeux s’effilent jusqu’à sembler le prolongement du trait velouté, coup de crayon hardi, maquillage horizontal et bizarre, qui unit mes paupières à mes oreilles. Je veille pourtant. Mais c’est une veille de fakir, une ankylose bienheureuse d’où je perçois tout bruit et devine toute présence. »

                                                                                                                                                  Colette

 

Cactus 3.jpg

Cactus 8.jpgLe bonheur pour les boules de poils c’est le papier Kraft et les boites en carton…

ou les matelas confortables….

A bientôt et merci d’être passé par là.

Les Cygnes du Forggensee

Le Forggensee est un lac artificiel de 17kms carrés, situé au nord de la ville de Füssen  en Bavière.

forggensee-8 forggensee-7 forggensee-6

forggensee-1 forggensee-3

 

Il a été créé en 1954 sur le cours du Lech pour servir de réservoir et empêcher les crues lors de la fonte des neiges alpines.

forggensee-9 forggensee-10 forggensee-11 forggensee-12 forggensee-13

Ce lac a la particularité d’être sec en hiver et de se transformer ainsi en une immense sablière quand la neige ne le recouvre pas. Nous avons eu le sable, le gravier, la neige et l’eau gelée. Je serais bien curieuse de le voir l’été avec les sports aquatiques, le kitesurf, les pistes cyclables pleines de monde, les pêcheurs, les campeurs…

 

forggensee-4 forggensee-5 forggensee-2 forggensee-14

Il est accessible à pied et nous l’avons un peu découvert par hasard, ayant un peu de temps avant d’arriver à l’hôtel. Nous nous sommes arrêtés près du « Festspielhaus »

 

forggensee-15 forggensee-16 forggensee-21

 

De loin nous avons aperçu une colonie de cygnes, et sommes évidemment allés à leur rencontre. Ils se dandinent avec lourdeur pour venir nous rejoindre, espérant quelque nourriture  mais nous n’avions rien….

 

forggensee-17

En hiver ils fuient le froid du Nord pour se regrouper par centaines plus au Sud, là où ils peuvent encore trouver de quoi se nourrir.

forggensee-18

Un couple de cygnes sauvages a besoin d’un grand territoire pour la nidification.

forggensee-19

Les cygnes sont souvent un symbole de l’amour ou de la fidélité car ils entretiennent des relations monogames de longue durée. Même si certains divorcent!

 

forggensee-20

Une jolie balade qu’évidemment je vous conseille si vous passez dans le coin en cette saison!

 

Une question que nous nous sommes posée, y a-il des gens qui mangent du cygne?

Et même si ça parait inconcevable, la réponse est oui..

Le cygne se consommait beaucoup au Moyen-Age. Les cygnes et les paons étaient uniquement consommés par l’élite sociale et plus appréciés pour leur beauté en tant que plats extravagants et entremets que pour leur viande.

En Angleterre il se mange lors des banquets royaux…

Il parait que le Prince William et Kate Middleton aiment manger du cygne…

Les braconniers et chasseurs n’hésitent pas à les tirer et à les consommer…

Là, j’ai juste des hauts le coeur, c’est mauvais »cygne ».

« Il glisse sur le bassin, comme un traîneau blanc, de nuage en nuage. Car il n’a faim que des nuages floconneux qu’il voit naître, bouger et se perdre dans l’eau. C’est l’un d’eux qu’il désire. Il le vise du bec et il plonge tout à coup son col vêtu de neige.
Puis, tel un bras de femme sort d’une manche, il le retire, il n’a rien.
Il regarde : les nuages effarouchés ont disparu.
Il ne reste qu’un instant désabusé, car les nuages tardent peu à revenir, et, là-bas, où meurent les ondulations de l’eau, en voici un qui se reforme.
Doucement, sur son léger coussin de plumes, le cygne rame et s’approche. Il s’épuise à pêcher de vains reflets, et peut-être qu’il mourra, victime de cette illusion, avant d’attraper un seul morceau de nuage.
Mais qu’est-ce que je dis ?
Chaque fois qu’il plonge, il fouille du bec la vase nourrissante et ramène un ver. Il engraisse comme une oie. »

                                                                                                                                    Jules Renard

Prochain billet, le charmant village de Füssen