Les feux du soleil qui décline

Les soleils couchants revêtent les champs, les canaux, la ville entière, d’hyacinthe et d’or; le monde s’endort dans une chaude lumière.

                                                                    Charles Baudelaire dans les Fleurs du Mal

Moment éphémère que ces flamboiements du feu qui dispersent une lumière irréelle et apaisante.

Moment magique et précieux que l’on attend, car il ne dure qu’un laps de temps.

Les clichés ont été pris entre 17h et 17h30, le 23 novembre aux Aresquiers.

2 réflexions sur “Les feux du soleil qui décline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s