Vietnam, Maï Chau, l’apaisante. (2008)

L’homme qui veut s’instruire doit lire d’abord, et puis voyager pour rectifier ce qu’il a appris.
                                                                                                     Giacomo Casanova  
 

Maï Chau c’est le repos total après l’ébullition de Hanoï. Un calme étonnant règne sur cette vallée verdoyante. On se surprend à écouter le silence…A admirer les forêts de bambous, les rizières si vertes qu’elles paraissent artificielles, les rivières qui serpentent en boucles infinies. Des camaïeux de verts si francs qu’on n’oserait pas les peindre…
Je me remémore ces 2 jours, comme si c’était hier. Le Guest-house sur pilotis en teck et bambou , les bananes, les concombres, la natte à même le sol en bambou, la moustiquaire, la « douche commune » à l’extérieur…Et ces merveilleuses écharpes tissées par les femmes du village de la tribu ethnique des thaïs blancs, ces habits aux couleurs pétantes qu’elles teignent, cousent et brodent. Les rires des enfants dans les rizières. Un petit instant, hors du temps.

artisanat à Maï Chau

Kenh Ga

Commerce flottant

Bambous

des jupes faites par les " petites mains "

Le cabanon et son jardin flottant

Elles ont des doigts de fée et confectionnent de pures merveilles.

L'église en fond de toile...

Locomotion entre les jacinthes d'eau

maison typique à Maï Chau

Elle rame avec ses pieds

Temple Thai Vi

Tous les hommes du village donnent un coup de main pour la construction d'une maison.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s